Vues sur Koudougou | Carnets d'une coopérante au pays des hommes intègres

ça va aller

Lorsque j’ai annoncé autour de moi que j’allais partir pour plusieurs mois en Afrique de l’ouest, au Burkina Faso, j’ai eu plusieurs réactions différentes, allant des encouragements enthousiastes à l’envie teintée de jalousie, en passant par l’incompréhension totale, voire même la peur. Vue de chez nous, des «pays blancs», l’Afrique noire, si exotique mais aussi si mystérieuse, fascine mais fait aussi un peu peur. Une peur latente, diffuse, sans raison claire, basée sur des impressions, des préjugés, des récits d’antan ou des films sanglants. Et aussi sur toutes les images véhiculées par les médias, images de violences et de famine, de sécheresse et de pauvreté.

105_1813

On m’avait d’ailleurs résumé le Burkina en deux mots: un pays pauvre et sec. Oui il est pauvre, oui c’est sec. Mais il y eu des inondations en septembre, la végétation dans la région de Bobo Dioulasso est très agréable, et il y de belles maisons bien cossues aussi. Certes, on y voit constamment des agriculteurs poussant une charrette avec le fruit de sa récolte du jour, se faisant tirer par un âne ou pédalant avec de lourdes charges en équilibre tout autour d’eux, se faire klaxonner et dépasser par une Mercedes filant à toute allure. Ici la Mercedes est un signe de réussite et chacun rêve d’en posséder une, ou un gros 4×4 rutilant. Et de pouvoir mettre la climatisation à fond, histoire de bien montrer sa capacité financière dans un pays où l’essence et l’électricité coûtent très cher. C’est assez perturbant d’ailleurs d’arriver dans les bureaux des fonctionnaires et de se sentir entrer dans un congélateur : la climatisation est poussée si fortement, sans raison autre que d’affirmer son statut social, que certains ouvrent leur fenêtre pour ne pas avoir d’engelures… Un autre m’a fait rire en me disant qu’il mettait sa climatisation à fond pour éviter que les visiteurs s’attardent : une technique comme une autre pour se débarrasser des importuns qui collent dans un bureau!

105_1440

Alors dans Koudougou on retrouve ceux qui n’ont ni électricité, ni eau courante et qui doivent aller à la pompe dans le meilleur des cas, au puits dans le second. Alors que leurs voisins ont télévision, frigo et robinets d’eau courante, et motos. Des maisons climatisées, en béton, avec clôture et gardien, à côté de maisonnettes en banco (terre agglomérée) avec la cuisine dans la cour. Mais malgré cette pauvreté constamment présente, je n’ai jamais ressentie de peur ici, tout au contraire : je suis accueillie avec des sourires, avec des bras ouverts, avec intérêt et chaleur. Et je me promène, et je m’arrête pour discuter, pour partager le thé ou le dolo (bière de mil), et je visite des recoins reculés de la ville, loin du « goudron » (route principale) et de l’agitation du centre. Les Koudougoulais sont charmants, rieurs, relax. Et riches aussi. De cette richesse qui ne se traduit pas en billets, mais en vision optimiste de la vie, en temps passé avec les amis et en une liberté un peu chaotique, sans trop d’interdits apparents…

105_1559

Leur leitmotiv est « ça va aller », même quand ça ne va pas bien du tout : ça va aller, ça va aller. Toujours, chaque jour. C’est une forme de mantra pour essayer de faire aller ce qui ne va pas, et ça marche. Pas trop le choix de ne pas aller de toute façon, vous me direz et c’est vrai. Grande résilience aussi puisque la vie peut être sans pitié ici, alors qu’un enfant sur cinq n’atteindra pas l’âge de 5 ans, que le paludisme (malaria) fait régulièrement succomber un membre de notre famille élargie et que les accidents de la route sont très nombreux pour une espérance de vie 30 ans inférieure à la nôtre (50 ans pour les hommes et 54 ans pour les femmes).

105_1312

Mais malgré les difficiles conditions de vie de la population, il n’est pas besoin pour une nassara (blanche) de distribuer de l’argent ou des cadeaux pour être appréciée : il suffit d’entrer en relation avec eux, de leur montrer sa sincère appréciation pour leur pays, de parler quelques mots de la langue locale, d’échanger sur tout et sur rien pour voir pétiller leurs yeux, s’éclairer leurs visages d’un sourire large et franc, voire d’un éclat de rire! Je suis choyée d’être ici, de découvrir des gens charmants, de connaître des façons de voir la vie et d’appréhender le monde très différentes de « chez nous » : je me sens bien ici, je suis bien.

105_1897

Ode à Koudougou

Une ode à Koudougou, cette petite ville, et ses habitants, qui resteront gravés dans mon coeur à tout jamais… Vous pouvez visualiser ce diaporama avec une des trames sonores (voir plus bas), sans oublier qu’il peut se voir en plein écran en cliquant sur le carré (à droite)…

105_1903

Préparation du thé, par le fakir

Ce thé que j’aime tant, d’abord parce qu’il est délicieux et ensuite parce qu’il se partage et se déguste lors des palabres sous les arbres. D’ailleurs j’en ai bu aujourd’hui avec des arachides flottant à sa surface: une nouveauté délicieuse pour moi…

On parle de tout et de rien, avec Edmond

Lors d’une soirée au QG de Cyril, j’ai passé du temps à discuter avec Edmond, un enseignant de mathématiques. Nous avons placoté de tout et de rien, je vous en livre ici quelques extraits, même si je me rends compte que je parle beaucoup, mais bon, vous le saviez déjà, non?

On débute avec la place de la femme en Afrique (10:07 min)

Edmond rappelle de ne pas oublier le côté positif de l’Afrique!(6:03 min)

On évoque la politique, la monarchie, Barack Obama, la musique…(9:23 min)

Et on achève par un échange sur le mariage….(4:29 min)

105_1928
Retour en haut | Tous les carnets

Il y a 6 commentaires à cet article

tassadit a écrit, le 4 novembre 2009 à 20:43:

Toujours impatiente et enthousiaste de lire tes aventures, d’en apprendre d’avantage sur l’Afrique, de me laisser éblouir par la beauté de tes photos! Je partage ton point de vue sur l’Afrique et je regrette tant de ne pouvoir te rejoindre pour le constater sur place. Très intéressante cette conversation avec Edmond; c’est toujours très enrichissant ce brassage de culture!!!! Dommage qu’il soit difficile d’obtenir des témoignages provenant de la nouvelle génération de femmes….
(je n’arrive pas entendre le premier extrait dans sa totalité, la bande s’arrête au bout d’une minute).

iconico a écrit, le 8 novembre 2009 à 15:06:

merci pour ton support indéfectible, taz… il y avait un problème avec l’extrait sur les femmes, et il est fort intéressant: avis aux intéressé(e)s! j’ai parlé avec quelques jeunes femmes engagées, notamment félicité à koudougou, mais je n’ai jamais eu l’occasion de l’enregistrer…

Martine a écrit, le 8 novembre 2009 à 15:08:

Nicole, reading your stories about Burkina Faso is my favourite way of brushing up my French. Thank you so much for sharing your impressions and your wonderfully colourful photos with us…

les jolidon a écrit, le 12 novembre 2009 à 16:37:

Décidément, tu es pédagogue dans l’âme! On sent toujours chez toi l’envie de défendre ce en quoi tu crois, tes valeurs profondes. Et ceci toujours dans le respect de tes interlocuteurs.
Vos échanges enregistrés sont super à écouter, on apprend mille choses sans jamais s’ennuyer.
et dire que tu pourrais garder pour toi toute seule ces discussions passionnées et passionnantes: merci donc de les partager avec nous.

iconico a écrit, le 12 novembre 2009 à 16:45:

merci isa and guys our vos encouragements fortt précieux: je trippe toujours autant ici, même avec un peu moins de temps que je ne le souhaiterais, et j’ai hâte de vous faire partager des éléments encore cachés dans mes folles photothèque, sonothèque et vidéothèque… bisous bisous!

kasirer a écrit, le 16 novembre 2009 à 16:17:

Hi Nicole,
Miss you here – follow your adventures from my desk…can I send Dictionaries ? (All kinds (Eng-Fr; Synonyms, Canadian English). Where and how to send?
Let us know. Keep up the good work.
-Katherine

Écrire un commentaire

à Koudougou
  • Get the Flash Player to see the slideshow.
  • Il fait quel temps là-bas?

    • Koudougou, Burkina Faso
      23 juillet 2019, 15:52
      C C'est franchement nuageux pour le moment ;-(
      Il fait 28°C
      Température ressentie: 29°C
      Humidité: 56%
      Vitesse du vent: 3 m/s SSO
      Aube: 5:51
      Crépuscule: 18:35

    Archives

    RSS Feed 2.0 Fil RSS