Vues sur Koudougou | Carnets d'une coopérante au pays des hommes intègres

moi moi moi!

Il y a quelques semaines, je vous avais montré les photos de certaines classes d’écoles primaires de Koudougou. C’était avant la rentrée scolaire. Maintenant j’ai eu la chance de voir les classes remplies, et quand j’écris « remplies », c’est vraiment littéral : 95 enfants dans une classe, pour une seule enseignante, c’est bouleversant à voir. Je comprends le commentaire qui m’avait été fait lors de mon carnet intitulé « Réalité scolaire » et qui trouvait notre projet déphasé avec la réalité… Je crois toujours que l’éducation est la voie, et qu’apporter une mine de ressources informationnelles est un excellent moyen de développement pour ces jeunes avides de savoirs, mais j’ai aussi eu honte. Honte d’arriver avec quelques ordinateurs et de me soucier des fils électriques alors que les élèves ont besoin de bancs, de bureaux, voire de murs puisque l’espace manque cruellement : les enfants sont toujours assis 3 par 3 sur des bancs prévus pour deux, parfois 4 par bancs et j’en ai vu 5 la dernière fois, le 5e, au milieu ne pouvait pas toucher le bureau, il était obligé de rester en arrière et il est impossible pour les 4 autres d’écrire… À quatre par bancs, ils ne peuvent pas écrire et l’enseignante envoie la moitié de la classe sous un arbre lorsqu’elle fait des devoirs écrits. Ils sont 95 dans la classe, une seule enseignante…

105_3855

J’étais horriblement mal à l’aise, tout comme Estelle d’ailleurs, quand la directrice et l’enseignante nous expliquaient tout ça, devant les élèves tassés qui nous regardaient avec de grands yeux, alors qu’on venait pour des histoires insignifiantes de câbles réseaux, d’ordinateurs et de prises électriques. J’avais honte car je réalisais que les enfants avaient, avant toute autre chose, besoin de classes adéquates pour travailler: pouvoir être 2 par bureau comme c’est prévu, et avoir des cahiers et des crayons. Tout le reste est bien aussi: matériel pédagogique, manuels attrayants, bibliothèque (numérique si possible), mais avant cela il faudrait commencer par faire construire quelques classes.

Surtout qu’il y a aussi des « classes » de 100 jusqu’à 130 enfants qui n’ont pas du tout de classe physique: ils font l’école à l’extérieur, sous un arbre ou sous un toit en paille, ce sont les écoles sans mur, sans bancs, sans bureaux… C’est surtout vrai dans les villes (comme ici à Koudougou) où les parents souhaitent envoyer leurs enfants à l’école, quand ils ont les moyens de payer, mais où tous les enfants ne peuvent être acceptés, faute d’espace. Dans les villages, le problème est différent: d’abord les enseignants ne veulent pas vraiment aller enseigner en brousse, loin de tout, surtout s’ils ont une famille, et deuxièmement les parents n’envoient pas forcément leurs enfants à l’école car ils en ont besoin pour les aider avec les travaux des champs, ils ne voient pas tous l’importance de l’éducation et n’ont pas les moyens de payer les 20$ pour couvrir les frais annuels de scolarité, les cahiers et vêtements… Et quand on sait que parfois, surtout en brousse, les enseignants, sous-payés, ne donnent pas leurs cours ou ne se présentent tout simplement pas en classe, on aimerait pouvoir les envoyer au privé où tout fonctionne mieux (vous reconnaitrez facilement les photos faites dans les deux écoles privées, catholiques d’ailleurs) mais dont les frais sont rédhibitoires pour beaucoup : 80$ annuellement au primaire, le double au secondaire…

Alors, on construit quelques classes ensemble? Qui embarque? Sérieusement…

Une tonne de photos d’enfants forts enthousiastes: à visualiser avec la trame sonore (voir plus bas) et n’oubliez pas que le diaporama peut se voir en plein écran en cliquant sur le carré (à droite): en grand, c’est beau…

Comme trame sonore pendant que vous visualisez le diaporama, vous avez le choix entre quelques extraits de ma séance photo avec les enfants très enthousiastes (attention, le son est parfois complètement distordu par un excès d’enthousiasme… mais ils sont si charmants!) ou une chanson du groupe rap burkinabé Yeleen “Laissez-nous rêver” qui évoque le système éducatif burkinabè…

Les enfants et moi moi moi…

Laissez-nous rêver, de Yeleen

Et si les photos n’ont pas rassasié votre envie de voir des enfants: voici une plongée vidéo de quelques minutes dans l’enthousiasme pur…

Et sincèrement, ça coûte environ 5000$ pour construire et équiper une classe: pourquoi on n’en construirait pas quelques unes? Ici, à Koudougou…

Norbert apprend à lire

Norbert c’est notre gardien, il n’a pas eu l’opportunité d’aller à l’école, comme beaucoup de personnes de sa génération et comme encore trop d’enfants actuellement car même si les parents le souhaitent, les écoles publiques n’ont pas les moyens de tous les accepter et le privé excède les possibilités de payer de la plupart…
Alors Norbert a décidé d’apprendre à lire, et à près de 40 ans, ce n’est pas facile, pas facile du tout. D’autant qu’il parle très peu français: sa langue maternelle est le moré, comme la plupart des Mossi, l’ethnie majoritaire au Burkina. Ce n’est qu’à l’école que les enfants sont exposés, immédiatement et brutalement, à cette langue étrangère. En ville, ils ont souvent la chance d’entendre et de pratiquer le français avant leur arrivée à l’école, mais pas dans les villages, surtout que souvent leurs parents ne sont eux-mêmes pas allés à l’école et donc parlent peu ou pas du tout français. C’est le cas de Norbert.
Il a la chance d’être accompagné dans son apprentissage par un enseignant à la retraite, Étienne Caboré, qui vient 2 ou 3 fois par semaine passer deux heures à tenter de lui inculquer les rudiments de la lecture. Mais le chemin est ardu et tortueux…

Et je veux terminer disant MERCI à tous ceux qui prennent le temps de me donner des commentaires. Chaque commentaire me donne de l’énergie pour toute la journée et me pousse à poursuivre la tâche que je me suis donnée: vous faire partager ce que j’ai la chance de vivre ici. Savoir qu’on est lu, ça fait chaud au coeur…
J’ai moins écrit ces temps-ci, car je suis pas mal occupée, mais je me porte bien, ne vous inquiétez pas!

105_3832

Salut à tous, on va se revoir!

Retour en haut | Tous les carnets

Il y a 8 commentaires à cet article

Florence a écrit, le 20 octobre 2009 à 16:06:

Wow! Je t’ai écrit de temps en temps lors de ton tour du monde et j’ai regardé beaucoup de tes photos au Burkina sans laisser de commentaires, mais cette fois-ci, je reste sans voix! Quelle chance j’ai de savoir lire et écrire! Ces enfants nous donne une leçon de courage et de persévérance!
Merci de me faire voir le monde!
xxxxx
Florence

tassadit a écrit, le 21 octobre 2009 à 14:00:

État des lieux bien triste que cette situation scolaire que tu nous dépeins! Je ne sais pas si tu en as entendu parler, mais j’ai lu qu’il y a un débat qui revient périodiquement sur la scène au Burkina Faso concernant la gratuité des frais de scolarité. Cela redonnerait de l’espoir à ces familles trop pauvres pour scolariser leurs enfants. Au Kenya par exemple ‘‘La suppression des frais de scolarité a fait passer le nombre d’élèves inscrits à l’école de 5,9 millions à 7,2 millions à l’échelle nationale. Des résultats similaires ont été constatés au Malawi, en République-Unie de Tanzanie et en Ouganda.’’
Évidement cela ne règle pas le problème de pénurie de fournitures scolaires et d’écoles, bien au contraire! Alors je suis partante pour mettre sur pied un projet qui permettrait de trouver des fonds pour la construction de classes à Koudougou et en faire comme tu me le disais des lieux qui stimulent l’apprentissage. Je ne souhaite pas alimenter la problématique de l’Afrique assistée, mais je me dis que c’est en donnant aux enfants les moyens de s’éduquer que les choses peuvent changer.
Et puis, je suis conquise par l’enthousiasme et le dynamisme de ces enfants malgré leurs conditions de vie. Ça donne envie de sortir de sa petite vie facile pour apporter son aide si minime soit-elle.
______________________________________
Tes photos sont toujours tellement vivantes!!! Merci encore pour ce partage!!!!

Danji a écrit, le 22 octobre 2009 à 6:00:

Chère Coopérante comment va-tu?
Depuis Delhi où nous venons à peine de célébrer Diwali, nous sommes toujours (surprenant pour cette période de l’année) dans la chaleur parfois accablante. Je suis de retour en classe avec mes jeunes et les femmes de la communauté depuis déja un mois.
Tout ce passe super bien et tous semblent bien heureux de retrouver Sir ji!
Cette année , j’élargis un peu le cadre d’enseignement non-formel auprès d’enfants de la nouvelle Académie Vidya qui ouvrira officiellement ces portes le 16 Novembre. Le projet de ” A life like mine” que j’ai animé l’an dernier dans la communauté de Pappankalan, sera répété avec deux nouveaux groupes dans cette nouvelle école. Donc beaucoup de boulot à l’horizon!
Auprès des femmes de la communauté ou j’ai mis sur pied des cours de couture et de broderies, nous sommes a élaborer de nouveaux projets de formation ainsi que des ateliers sur la fabrication de bijoux, soin de beauté, fabrication de jouets etc.

Sinon Nicole, j’aurais un petit service à te demander. Étant donné que cette année je fais un projet basé sur l’école et l’éducation à travers le monde avec mes classes. Je me demandais s’il te serait possible de partager de tes merveilleuses photos d’enfants au Burkina et je pourrais faire de même ici. Je crois que dans un contexte d’échange cela permettrait au enfants d’apprendre à connaitre d’autres réalité par le biais d’autres enfants. Celle-ci pourrait m’être envoyés en pièce jointe car de cette façon je pourrais leur montrer sans problèmes.
J’aimerais pouvoir leur présenter tes petits clips mais malheureusement ou je suis l’électricité est en mode hoquet! alors oublions cela. En espérant que nous puissions tous les deux faire partager ces enfants du monde.
Alors je te souhaite bonne continuation et au plaisir de continuer a te lire de l’Inde. En passant a tu reçu mon premier texte de l’année Indienne par le biais de Tassadite qui est sur ma liste d’envoi ? Je ne crois pas avoir ton adresse , a moins que, dit moi et le texte suivra???

Alors bisous Nicole et a bientot
Daniel

Mam's a écrit, le 22 octobre 2009 à 6:57:

Ces petits écoliers sont touchants par leur envie d’apprendre dans des conditions si difficiles et que de dévouement de la part de l’institutrice ou l’instituteur !
Un grand bravo à Norbert, le gardien, pour son apprentissage de la lecture; courage et patience. Félicitations à l’enseignant en retraite.
S’il est possible de créer une classe ou deux, je suis partante pour ajouter une pierre à l’édifice.
Merci de nous ouvrir une fenêtre sur cette Afrique que nous connaissons si mal.

jolidon a écrit, le 23 octobre 2009 à 2:55:

salut toi,c’est fou,il se passe plein de choses dans ta vie, et ce que tu nous offres en mots et en images va de plus en plus à l’essentiel. Tes photos toujours aussi touchantes dépassent la notion de reportage, tu nous touches au coeur.Je dois bien te dire que ce que tu décris n’est pas une surprise, nous soutenons depuis 15 ans l’association Michel qui construit des écoles au Burkina, tu les connais?on t’embrasse fort, léoluolisa

iconico a écrit, le 23 octobre 2009 à 3:06:

ah non, je ne connais pas l’association michel? dis-moi tout, isa il y a tant à faire…
voici maintenant le lien que tu m’as envoyé: http://www.associationmichel.ch, ça semble super!

merci à toi, et à toutes pour vos commentaires et soutien chaleureux: ça me touche, moi qui suis tant bouleversée par cette réalité certes connue, mais jamais encore expérimentée ou touchée de si proche.

évidemment, daniel, on collabore et il me fait plaisir de t’envoyer des photos! et même des films… sur un cédérom?

jolidon a écrit, le 24 octobre 2009 à 15:52:

Ce soir, nous voici à nouveau en famille à la découverte de tes derniers extraits de vie partagée, les enfants et nous sommes scotchés, impressionnés. tes explications que tu ajoutes à tes images, les sons qui nous font oublier la barrière de l’écran informatique, nous offrent à vivre non seulement des impressions de voyage, mais tant de choses sur cette Afrique que nos connaissons si mal! Sais-tu que tu es bonne pédagogue? Nous t’écouterions des heures, sous l’arbre à palabres ou ailleurs.
;-)

Leila a écrit, le 26 octobre 2009 à 22:38:

Lovely story Nicole. It’s nice to imagine these kids and see their faces. I, too, wish they had more.

Écrire un commentaire

à Koudougou
  • Get the Flash Player to see the slideshow.
  • Il fait quel temps là-bas?

    • Koudougou, Burkina Faso
      21 mai 2019, 23:07
      C C'est franchement nuageux pour le moment ;-(
      Il fait 31°C
      Température ressentie: 32°C
      Humidité: 54%
      Vitesse du vent: 2 m/s SO
      Aube: 5:41
      Crépuscule: 18:25

    Archives

    RSS Feed 2.0 Fil RSS