Vues sur Koudougou | Carnets d'une coopérante au pays des hommes intègres

de nassara à yovo

Quand on est en Afrique, on se fait immédiatement et toujours remarquer en raison de la pâleur de notre peau, comme le nez au milieu de la figure. Et tous les enfants, et parfois les adultes, nous hélent de « nassara » enthousiastes au Burkina et de « yovo » retentissants au Bénin, voire carrément le Blanc ou la Blanche! C’est drôle mais ils ne semblent pas s’en lasser, donc autant s’habituer rapidement!

104_9403

Depuis mon arrivée au Bénin, j’apprends beaucoup sur le vaudou, car le Bénin est la patrie du vaudou: ici, tout le monde y croit, tout le monde l’a expérimenté. Alors je sais maintenant que les jumeaux sont vénérés ici, car ils ont des pouvoirs particuliers. Même que samedi, Mireille, notre guide pour la visite du Palais royal de Porto Novo, nous a dit être mère de triplés et qu’elle a eu peur à un moment donné, quand un de ses fils lui a expliqué, alors qu’il avait quatre ans, qu’ils partaient tous les trois, chaque nuit faire des choses dans la forêt où ils retrouvent leurs amis, ceux qui sont comme eux, et qu’il était maintenant temps de faire le rituel nécessaire pour reconnaître leur état, et aussi de leur donner à manger des haricots (car les jumeaux aiment les haricots, au Bénin). Elle nous a dit bien de choses, Mireille, et j’ai regretté fortement ne pas avoir mon enregistreur avec moi… Elle nous a montré tous les fétiches que les rois avaient pour se protéger des malfaisants ou du mauvais sort, comme cette grosse chaîne posée en travers du chemin qui faisait que les gens, en la franchissant, perdaient tous leurs éventuels pouvoirs malfaisants et neutralisait les grigris. Cette chaîne était fort utile car elle agissait aussi comme un sérum de vérité pour ses épouses infidèles qui se mettaient alors à avouer spontanément leur faute… Il y avait aussi un autre fétiche dans l’antichambre où les visiteurs devaient attendre avant de rencontrer le roi, et s’ils étaient animés de mauvaises intentions à son égard, alors ils tombaient en transe.

104_9266

Et évidemment plein de grigris et fétiches dans un placard sans porte, où les rois venaient se confier et rendre hommage aux esprits. Et l’arbre aux feuilles aux grands pouvoirs, qui trônait dans la cour centrale et sous lequel se faisaient les offrandes et autres cérémonies. D’ailleurs Mireille nous a expliqué qu’elle avait eu à utiliser le pouvoir de ces feuilles pour soulager ses enfants; en effet, elle s’était rendu compte que chaque fois qu’elle allait à des célébrations religieuses ou autres cérémonies, ses enfants, restés à la maison, avaient une forte fièvre à son retour et elle allait renoncer à s’y rendre lorsqu’une de ses connaissances lui a expliqué que c’est normal avec les jumeaux. Elle lui a alors expliqué la méthode à suivre pour éviter cette fièvre : utiliser les feuilles de cet arbre, l’isope, pour les faire macérer dans un bol d’eau qu’on dépose à l’entrée de la maison et se laver les mains, le visage et les pieds à chaque fois qu’elle revenait d’une célébration ou cérémonie, et la fièvre ne s’est plus jamais produite…

104_9279
104_9289

La visite était aussi fort intéressante pour aborder la question de l’esclavage, question que j’aurai la possibilité d’approfondir en allant à Ouidah, ville à partir de laquelle les esclaves étaient entassés sur les bateaux en partance pour le Brésil, les Antilles ou les États-Unis. Mais Mireille nous a déjà aussi parlé des Amazones, ces redoutables guerrières qui faisaient partie de l’armée des rois du Dahomey. D’abord entraînées pour combler les besoins en « hommes », elles se sont rapidement révélées plus efficaces et plus sanguinaires, et donc plus redoutées, que leurs collègues masculins!

Ceux qui veulent en savoir un peu plus sur mon quotidien : dimanche je me suis fait réveiller à 6h15 par les tests de micro provenant de l’église céleste proche de l’hôtel, après avoir mis mes bouchons je me suis rendormie pour un peu plus d’une heure, et pendant que je déjeunais, que je travaillais et que je me préparais à sortir, j’ai entendu les chants, les prières, la musique, les slogans. Normal pour un dimanche matin vous me direz, mais les célestins, tout de blanc vêtus, débutent la messe à 6h30 et la termine vers 14h : qui dit mieux? Les catholiques se contentent d’une messe d’environ deux heures, relativement longue tout de même en raison des annonces et autres nécrologies qui sont faites alors que l’assistance est réunie, mais elle débute également à 6h30, puis il y en a une autre à 9h, quand même…

La bible et les affaires

J’irai assister à une messe un de ces dimanches, mais pour le moment j’ai seulement regardé un extrait de messe à la télévision d’état puisque son thème m’a accroché l’oeil : conseils bibliques pour devenir une femme d’affaires efficace! Après avoir réchauffé son audience, le prêtre à cédé la parole à un conférencier qui a commencé à expliquer à une assemblée de femmes que si les États-Unis et l’Europe ont prospéré c’est parce qu’ils étaient tournés vers Dieu, mais que la crise actuelle les frappe puisqu’ils se sont détournés de Dieu et laissent place à des abominations dans leurs pays, comme l’athéisme, l’avortement et l’homosexualité… Il a précisé que Dieu s’est maintenant détourné d’eux et qu’Il cherche un autre peuple à bénir et que l’Afrique a la responsabilité de relever ce défi, que Dieu est prêt à faire de grandes choses à travers les peuples africains. Il a ensuite énoncé que dans la bible (ou a-t-il dit « la vie »?) les bonnes choses commencent par la femme! Que quand tu veux faire le bien, tu dois t’assurer que les femmes soient du bon côté, et qu’elles sont du bon côté pour le développement de l’Afrique! Et avant que la télévision décide de couper brusquement le programme pour passer à d’autres émissions, il a eu le temps de rappeler que dans la vie il y a ceux qui changent de pays et ceux qui changent leur pays, qu’il y a ceux qui vont en Amérique et ceux qui transforment Cotonou (la métropole béninoise) en New York!

104_9529

Ensuite Estelle et moi avons visité le musée Da Silva, un musée créé pour rendre hommage aux Afro-brésiliens qui sont revenus au pays, après que leurs ancêtres béninois (en fait ils étaient dans le royaume du Dahomey alors) aient été emmenés de force comme esclaves au Brésil. Leurs arrières-petits-fils sont revenus une fois l’esclavage aboli, comme le fondateur du musée. Ce guide aussi nous a parlé des Amazones, d’ailleurs, il y en avait même une photo dans ce musée éclectique et excentrique basé sur les collections d’un intellectuel curieux de tout, à l’âme d’un archiviste…

104_9425

Puis j’ai fait une visite du marché et me suis acheté un pagne orange et bleu qui ne me donne pas tout à fait l’air d’une Africaine, mais se rapproche pas mal du boubou que André et Pierre avaient si hâte de me voir porter! Il faut juste que j’arrive à l’attacher sans craindre qu’il tombe inopportunément… ;-)

104_9547

Le soir j’ai mangé du riz au gras, un plat typique de l’Afrique de l’ouest dans lequel le riz est mélangé à du jus de tomates et mélangé avec des morceaux de pommes de terre, des petits pois et des poivrons, et accompagné d’une sauce tomates et oignons. Alex, le cuisinier de l’hôtel où je suis, m’avait proposé de remplacer le poisson ou poulet par des oeufs et d’ajouter des haricots : il avait aussi soigné la présentation et le tout était fort réussi et délicieux!

104_9532

Samedi nous avons visité un endroit fort stimulant et inspirant, Songhai, je vous en parlerai prochainement.

Sinon je travaille fort ces temps-ci pour préparer des ateliers sur la bibliothèque numérique et me permettre ainsi de recueillir les besoins du milieu de l’éducation (professeurs de l’École normale supérieure de Porto Novo au Bénin, ainsi que les directeurs et professeurs de 5 écoles primaires) afin de compiler un de mes deux livrables, une analyse de besoins. Puis le tout sera à répéter au Burkina Faso, avec les membres de l’ENS de Koudougou, si le projet se déroule normalement… Ensuite ce sera le rapport plus technique où il s’agira de préciser si certains développements informatiques devront être faits pour compléter la solution technologique envisagée.

Un long article, fort verbeux : la prochaine fois il y aura plus de photos et d’autres choses j’espère, si la connexion Internet lente et peu fiable me le permet…

104_9257

Voici le petit modem usb qui me permet de me connecter.

Retour en haut | Tous les carnets

Il y a 5 commentaires à cet article

Véronique da Silva a écrit, le 17 août 2009 à 11:54:

Magnifique! J’adore lire ton blog et observer tes photos fantastiques! Bisous xxxxxxx

Mameroye a écrit, le 17 août 2009 à 18:03:

Yovo, yovo bonsoir, ça va bien ? Merci! Allo Mam’Périat! Comme je suis contente de te sentir si heureuse dans cette Afrique qui m’est chère. Ça ne semble pas avoir changé beaucoup. Je reconnais la générosité des commentaires que tu sais toujours si bien capter, et bien entendu, rendre. J’ai, entre autres, adoré l’histoire du crocodile qui attrape les mouches et s’en sert comme appât pour disons, une drôle de pêche… L’interdépendance à son max!

Tes photos me font vibrer. Que de couleurs, que de saveurs… même les sandales Bata ont l’air appétissantes grâce à toi. Tout comme les Hommes du Burkina, tu demeures intègre dans ta démarche qui favorise la rencontre des hommes et des femmes sur ton parcours. Bravo et surtout merci de partager cela avec nous! Take care ma grande!

Lucie a écrit, le 18 août 2009 à 20:57:

J’aime bien l’histoire des jumeaux…. Un peu moins le conférencier ultra chrétien… navrant quand même de voir que cette droite religieuse gagne du terrain en Afrique. En parlant de boubou… peut-on passer une commande ?

iconico a écrit, le 19 août 2009 à 14:08:

francine: je me plais beaucoup dans cette afrique que tu connais si bien et c’est vrai que les choses n’ont pas vraiment changé: aujourd’hui j’étais dans un tout petit village sur pilotis, aguégué, et le maire nous confiait que rien ne change, que tout est à faire, qu’ils n’ont rien sauf la volonté, l’espoir… ils sont tellement avides d’éducation, leurs yeux brillent et nos coeurs se serrent: il y a tant à faire ici…
merci pour ton témoignage: ça me touche.

lucie: la religion est omnipotente et omniprésente ici, et je ne suis pas certaine que la droite religieuse gagne du terrain, le terrain lui appartient! quoique l’islam nigérian lui fasse les yeux doux, tout comme le nigérien sur les burkinabé…
tu veux un boubou ou un pagne?

je prends le compliment, véro: merci!

CarOnf a écrit, le 20 août 2009 à 8:23:

J’ai un plaisir fou à regarder, lire et écouter ton blog. Il est vraiment beau et invitant.
Je n’ai jamais été très Afrique mais là, franchement, j’aime beaucoup!

Écrire un commentaire

à Koudougou
  • Get the Flash Player to see the slideshow.
  • Il fait quel temps là-bas?

    • Koudougou, Burkina Faso
      23 juillet 2019, 15:39
      C C'est franchement nuageux pour le moment ;-(
      Il fait 28°C
      Température ressentie: 29°C
      Humidité: 56%
      Vitesse du vent: 3 m/s SSO
      Aube: 5:51
      Crépuscule: 18:35

    Archives

    RSS Feed 2.0 Fil RSS