Vues sur Koudougou | Carnets d'une coopérante au pays des hommes intègres

mon premier cours de maths!

Je vous ai déjà parlé des ESF qui habitent avec moi quand je suis à Koudougou? Rachel et Monique sont deux éducatrices sans frontières, c’est-à-dire deux enseignantes à la retraite qui viennent passer cinq mois ici pour encadrer des mentors. Pas directement des enseignants en fonction, mais des enseignants à la retraite eux aussi, qui acceptent d’être des mentors pour certaines écoles. Elles sont charmantes et travaillent fort, je peux vous le garantir! Nous avons beaucoup ri dans cette maison, et aussi très bien mangé, et bu…

Hier, j’ai sauté sur l’occasion d’accompagner Monique dans une école à la périphérie de Koudougou, une école au nom imprononçable, et encore plus difficile à écrire, donc je m’abstiens. Il s’agissait pour elle d’aller observer, en compagnie du mentor, un enseignant faire une activité spécifique qu’il avait préparé sous la direction du mentor.

Nous voici donc parties, conduites par Moussa notre chauffeur, cahin-cahan sur la petite piste davantage faite pour les vélos, les ânes et les motos que pour les gros 4×4, mais on passe, on salue, on sourit, on a chaud. Car il fait très chaud au Burkina en ce moment: on dépasse les 40 degrés, avec un mois d’avance sur la normale… Et c’est sec, très sec, et poussiéreux, et parfois venteux: chaud et sec, comme on m’avait décrit le Burkina avant que j’y vienne. Deux termes qui résument bien ce pays, c’est vrai, surtout maintenant que toute verdure a disparu, que l’harmattan souffle son air chaud en provenance du Sahara, et que le sol est dur comme du béton.

Lorsque nous sommes arrivées à l’école, un étrange sentiment de silence et d’absence de mouvement nous a tout d’abord alertées, puis nous avons vu un groupe d’élèves devant une salle. Ils nous ont accueillies avec de chaleureux sourires et un enthousiasme certain, surtout que ma caméra était bien visible et prête à faire son oeuvre! Alors vite tout le monde se précipite, relativement en ordre, pour se positionner au mieux pour la photo de groupe: on décèle les habitudes d’élèves de terminale du primaire, largement rodés aux photos de classe peut-être, mais surtout à se ranger de façon ordonnée.

Monique, qui nous observait, me glissa alors dans l’oreille: propose une photo dans la classe, ainsi ils vont y entrer. Elle cherchait à repérer l’enseignant et se disait qu’une fois tous les élèves dedans, ce serait plus facile. Aussitôt dit, aussitôt fait: j’ai lancé un “j’aimerais bien prendre une photo de vous en classe” et les ai vus courir pour se précipiter à leurs bancs! En fait non, pas à leurs bancs, mais à ceux qui étaient le plus proche de mon appareil photo… Mais je les ai rassurés: “je vais prendre plusieurs photos, de tous les angles, et tout le monde sera photographié”, et chacun a repris sa place habituelle. Évidemment, j’ai pris un bon nombre de photos, en m’assurant de les voir toutes et tous. Puis j’ai demandé: “Je pense que j’ai pris tout le monde en photo, est-ce que quelqu’un a l’impression que je l’ai oublié?” Et les “moi” des plus jeunes ont retenti d’un peu partout dans la classe, alors même que je venais assurément de les prendre en photo… Je n’ai oublié personne et ai fait le tour de la classe!

Et c’est à ce moment-là que j’ai réalisé qu’il n’y avait pas d’enseignant, que ces élèves étaient les seuls dans l’école et que nous étions seules avec eux… Quel délice! J’ai commencé leur dire qu’on allait leur apprendre des tas de choses hors programme et j’ai posé quelques questions pour apprendre qu’il s’agissait d’une leçon de maths et qu’ils étaient en train de voir les problèmes de partages inégaux. Comme mes maths sont un peu loin, j’ai demandé de préciser ce que sont ces “partages inégaux, pour me faire répondre: ce sont des partages qui sont inégaux. Et bien oui, comment ne pas l’avoir su? Un exemple m’a ensuite confortée: Adama a deux fois plus de mangues que Awa, et il y a un total de 45 mangues, quelle est la part de chacun? Nous l’avons résolu ensemble, après que j’ai envoyé au tableau un des nombreux volontaires qui se pressaient pour y venir.

100_0249

Puis une des élèves a commencé à écrire des problèmes au tableau: le professeur savait qu’il allait être retenu pour une réunion à l’extérieur, alors il avait distribué 5 problèmes à faire en classe, alors que tous les autres enfants de l’école étaient en congé. Mais comme c’est une année importante, avec le passage des examens qui clôturent le cycle du primaire à la fin du CM2, on ne peut pas se permettre trop de congés. J’ai donc proposé aux élèves de faire quelques problèmes avec eux, alors que Monique allait rappeler notre chauffeur parti conduire Rachel dans une école éloignée. C’est ainsi que nous avons résolu un problème de gain mensuel, puis nous nous sommes lancées avec ardeur dans les explications des angles des triangles, des triangles isocèles, équilatéraux, rectangles, etc. Comme les classes sont nombreuses, certains élèves ont de grandes difficultés, mais n’osent pas trop demander d’aide et se voient ainsi rapidement distancés par leurs camarades. Monique et moi avons eu une toute petite occasion d’aider quelques élèves à comprendre certaines notions, et j’ai même fait quelques suggestions d’amélioration dans leur manière de faire des multiplications (ils n’alignent pas les unités sous les unités, et ça en mélange plusieurs).

100_0229

Cela a été un véritable plaisir d’enseigner à ces jeunes durant une heure, je serais bien restée plus longtemps. Eux-mêmes ont eu beaucoup de plaisir à notre présence, et étaient tristes de nous voir partir, nous acclamant même avec une ovation debout spontanée qui résonne encore dans mon coeur…

Demain matin je prends le bus et me dirige tranquillement pour le Bénin où je m’en vais retrouver toute l’équipe de là-bas, et poursuivre ma mission actuelle: assurer la formation de notre bibliothèque, la BNJFS (bibliothèque pour la jeunesse francophone du sud).

< Tous les carnets précédents | 6 commentaires
à Koudougou
  • Get the Flash Player to see the slideshow.
  • Il fait quel temps là-bas?

    • Koudougou, Burkina Faso
      12 décembre 2017, 12:23
      Il y a des nuages qui cachent un peu le soleil. Il y a des nuages qui cachent un peu le soleil.
      Il fait 28°C
      Température ressentie: 31°C
      Humidité: 14%
      Vitesse du vent: 3 m/s E
      Aube: 6:18
      Crépuscule: 17:42

    Archives

  • Abonnez-vous

  • RSS Feed 2.0 Fil RSS